banniere
 
 
 


AGRICULTURE ET BIODIVERSITE
 

Depuis de nombreuses années, NaturEssonne encourage la diversification des pratiques agricoles favorisant la constitution de paysages variés et la survie d’espèces sauvages.

En collaboration avec des acteurs du monde agricole, NaturEssonne concourt à :
  • Intégrer des cultures favorables à la diversité dans les grandes plaines agricoles,
  • Restaurer et relancer l’exploitation d’anciens milieux agricoles abandonnés,
  • Conserver des zones naturelles au sein d’espaces agricoles simplifiés.



"Zones naturelles et espaces agricoles" :

Recelant une richesse écologique remarquable, les pelouses sèches sont les témoins de nos pratiques agricoles anciennes. Habituellement vestiges d’anciens parcours à moutons, aujourd’hui abandonnés et livrés aux broussailles, ces milieux sont caractérisés par une végétation maigre, rase, parsemée de petits buissons et habitée d’une multitude d’insectes colorés.
Les pelouses régressent peu à peu et voient leur biodiversité s’amenuiser. En Île-de-France, cinquante ans ont suffi pour que disparaissent 50 à 80% des surfaces pelousaires. Les causes de disparition des pelouses sèches sont nombreuses : désintérêt de la part des propriétaires, dépôts sauvages, sur fréquentation (auto, moto tout terrain, quad), rave-party et recouvrement par le boisement font disparaître leur richesse initiale.
Face à ce constat, NaturEssonne s’est mobilisée, après de nombreuses actions préalables (études, inventaires écologiques, travaux de gestion, …), pour une gestion conservatoire des pelouses sèches d’abord dans le cadre du Programme européen LIFE Nature mené par le Conservatoire Régional des Espaces Naturels d’Île-de-France, Pro Natura Île-de-France, puis dans le cadre du programme européen Natura 2000. Concrétisée par la signature de Conventions de gestion avec des agriculteurs et des propriétaires, la démarche permet de favoriser l’activité des acteurs locaux en les faisant participer aux travaux de restauration et d’entretien :
  • Restauration de la richesse écologique et réouverture du milieu par la coupe adaptée d’arbres et arbustes,
  • Entretien des pelouses grâce à la fauche ou au broyage pour reproduire le pâturage des moutons.

Des agriculteurs et des propriétaires se sont investis dans la sauvegarde du patrimoine naturel. Leur réceptivité et leur partenariat avec les associations démontrent tout l’intérêt de concilier activités agricoles et protection de la nature.



"Plaine agricole et faune sauvage" :

Se camouflant parmi les mottes de terre et les cailloux, l’Œdicnème criard affectionne les parcelles sèches à végétation clairsemée. Avec la régression de ses habitats naturels, il s’est adapté à des habitats de substitution en plaine cultivée : jachères, friches rases,...
Mais à l’heure de l’agriculture intensive, ces milieux de substitution se font plus rares. Ils disparaissent noyés dans les grandes cultures céréalières mettant ainsi en péril les populations d’Œdicnèmes et le cortège d’espèces qui les accompagne (perdrix, outarde, lièvre, …).
Pour préserver les sites de nidification et favoriser le retour de l’Œdicnème dans les zones de grandes cultures ou les parcelles agricoles marginales, tout en tenant compte des exigences des systèmes d’exploitation, NaturEssonne propose, sous la forme de collaborations avec des agriculteurs volontaires, des mesures conservatoires dans le sud de l’Essonne :
  • Maintien et gestion de jachères sur les zones les moins productives,
  • Plantation d’espèces végétales favorables (luzerne, pois, sainfoin, trèfles),
  • Entretien de bandes enherbées en bordure de culture.


  • "Vergers et faune sauvage" :

    Les vergers traditionnels hautes-tiges constituent des écosystèmes originaux où de nombreuses espèces animales se nourrissent et se reproduisent : Chouette chevêche, Pie grièche écorcheur, Huppe fasciée,...

    La Chouette chevêche, petit rapace nocturne aux grands yeux jaunes, est fortement liée à ces milieux. Elle y trouve des cavités pour nicher et des territoires de chasse dégagés pour s’alimenter. Friande de petits rongeurs et d’insectes, elle est une alliée précieuse des agriculteurs et des jardiniers.

    En Essonne, l’urbanisation, le développement des infrastructures, le recul de la polyculture, l’enfrichement, le boisement des milieux ouverts et l’intensification de l’agriculture, menacent ces milieux et les espèces qui les fréquentent. En conséquence, les populations de chevêches essonniennes se trouvent fortement fragilisées.

    Avec la participation d’agriculteurs locaux et de propriétaires, NaturEssonne réalise et contribue à de nombreux travaux pour la sauvegarde des vergers et de la Chouette chevêche :
    • Inventaire des vergers en Essonne,
    • Plantation et restauration de vergers hautes-tiges,
    • Étude et recensement de la Chouette chevêche,
    • Construction, pose et entretien de nichoirs pour pallier le manque de cavités naturelles ...

© Copyright 2009 - 2020 NaturEssonne -   Mentions légales  -   Plan du site  -   Crédits  -   Conception : Ordiciel