banniere
 
 
 


LA TRAME VERTE ET BLEUE
 

En 2006, NaturEssonne, dans le prolongement territorial de la démarche de FNE, sollicite le Département de l'Essonne, afin d'apporter une contribution à l'émergence d'un réseau écologique en Essonne, sous la forme d'une expertise intitulée "Contribution à la préservation d'une trame naturelle en Essonne", à laquelle le Département de l'Essonne apporte son soutien.


Mais 2007 voit l'irruption du "Grenelle de l'Environnement", où l'un des sujets en débat, porté par FNE, a trait à la constitution d'un réseau écologique national. La table ronde finale du "Grenelle de l'Environnement", d'octobre 2007, acte la création d'une "trame verte et bleue" en France, selon des modalités à définir dans le cadre d'un "Comité Opérationnel" spécifique, devant travailler deux ans, de début 2008 à fin 2009.
NaturEssonne inscrivait la réalisation de son expertise dans le cadre de la réflexion de FNE, et dans la perspective de relayer et de tester concrètement ses propositions dans le cadre d'une échelle territoriale nouvelle, plus proche des réalités.
Ainsi, le déroulement de l'expertise de NaturEssonne a été perturbé par l'apparition de la proposition de REN débattue au "Grenelle de l'Environnement", avec toutes les inconnues qui ont présidé à son aboutissement et à son contenu. En retour, NaturEssonne a décalé son investissement sur l'expertise, dans l'attente du résultat adopté au final sur la "Trame verte et bleue".
Dans le cadre de sa réflexion quant à la méthode, NaturEssonne avait pris comme option de privilégier les habitats naturels. La publication en janvier 2008 du premier bilan de l'état de conservation des habitats naturels et des espèces sauvages, mené en application de la Directive Européenne Habitats, a constitué un apport nouveau et d'actualité devant pour NaturEssonne être intégré à l'expertise.


Après ajustement calendaire, l’expertise réalisée : "Contribution à la constitution d'une trame verte en Essonne – Rapport final", s'appuie sur une première expérimentation de méthode d’élaboration d’un réseau écologique au niveau national et profite de l'arrivée d'apports techniques successifs complémentaires.
La situation particulière du département de l'Essonne en Île-de-France, abritant encore des espaces naturels qui recèlent nombre de richesses faunistiques et floristiques à proximité de centres d'activités et de concentrations urbaines est abordée. L'expertise en situe schématiquement la dimension, afin d'évaluer les enjeux d'un réseau écologique d'échelle départementale et la nécessité de lui donner consistance et fonctionnalité. Les objectifs auxquels devrait répondre un réseau écologique départemental sont aussi posés, tout en en mesurant les contraintes et limites.


Pour la constitution de la trame verte, l'expertise pose des options fondamentales quant à l'orientation méthodologique, et vise déjà à identifier l'un des constituants fondamentaux de tout réseau écologique, les zones dites "noyaux", dénommées pour la circonstance "Zones d'Intérêt Écologique Majeur".
Après réflexions et recherches, la détermination des ZIEMs s'oriente méthodologiquement vers une prépondérance quantitative en privilégiant le critère surfacique, puis qualitatif en s'appuyant sur des listes de référence d'habitats naturels et d'espèces sauvages "cibles", à enjeux de conservation propres à l'Essonne.
Une sélection des ZIEMs est opérée à travers l'inventaire des ZNIEFF de type 1, en croisant une base de données les concernant avec les critères quantitatifs et qualitatifs préalablement recherchés.
Le résultat de l'expertise menée par NaturEssonne sur la constitution d'une trame verte départementale est matérialisé par une première carte qui présente l'ébauche de l'architecture d'un réseau écologique en Essonne. Les ZIEMs y sont déjà identifiées, avec les enjeux écologiques spécifiques qu'elles portent, en tant que zones de conservation d'éléments forts du patrimoine naturel départemental.
Ce résultat a été publié en mai 2008 dans le cadre du rapport "Contribution à la constitution d'une trame verte en Essonne – Première partie".


Un réseau écologique étant constitué de zones noyaux et des liaisons écologiques les mettant en relation, NaturEssonne a poursuivi son expertise pour rechercher ces liaisons écologiques, et a sollicité en 2008 le soutien du Département pour la mener à bien, soutien qu'il lui a de nouveau accordé.
La problématique de la détermination et de la fonctionnalité des "liaisons écologiques" est complexe car elle est nouvelle et d'importance, en se développant généralement dans des espaces sans enjeux écologiques et avec bien souvent des activités ou une présence humaine marquées, tout en devant répondre aux besoins de mouvement des espèces ou assurer la fonctionnalité d'écosystèmes.


NaturEssonne a ensuite organisé sa réflexion méthodologique sur l'identification des liaisons écologiques, en s'appuyant à la fois sur les exigences des espèces spécialisées et généralistes et en les reliant aux habitats et aux paysages qu'elles fréquentent.
NaturEssonne a mené une réflexion spécifique, aboutissant à rechercher celles pouvant être considérées comme bio indicatrices, en les regroupant par "guilde", en croisant leurs besoins de déplacements et leurs liaisons avec les paysages et les habitats préalablement retenus.
Les cartes spécifiques des liaisons écologiques ont ainsi pu être dressées, par régions naturelles et suivant leurs particularités écologiques, en termes d'habitats et de paysages.
Ensuite, la carte de la première trame verte départementale a été produite, après identification de ses constituants et leur localisation géographique, avec l'assemblage de la carte des ZIEMs, et de celle des "liaisons écologiques".
L'ensemble est disponible et rassemblé sous l’expertise "Contribution à la constitution d'une trame verte en Essonne – Rapport final", avec son annexe ""Contribution à la constitution d'une trame verte en Essonne – Rapport final – Annexes cartographiques"".


Ainsi au delà de la conservation de la nature, cette infrastructure naturelle s'inscrit dans une nouvelle logique, celle de la conjugaison de l'aménagement du territoire et de la conservation de la nature.
Pour le territoire essonnien, la réalité d'une telle trame naturelle et fonctionnelle aura matière à apporter une réponse notable, adaptée et localisée, aux enjeux actuels de conservation et de restauration de la biodiversité et de l'impact sur elle du dérèglement climatique, avec le souci constant de l'avenir durable du patrimoine naturel départemental.

© Copyright 2009 - 2020 NaturEssonne -   Mentions légales  -   Plan du site  -   Crédits  -   Conception : Ordiciel